Sondage Sobriété, réalisé par Viavoice pour le Pacte civique en partenariat avec la fondation du Crédit Coopératif –

Sondage Sobriété, réalisé par Viavoice pour le Pacte civique en partenariat avec la fondation du Crédit Coopératif –

Un sentiment clair de surconsommer…
Premier enseignement du sondage : un peu plus d’un Français sur deux se sent pousser à consommer plus que ce qui est nécessaire.
Les Français estiment qu’ils surconsomment dans les domaines de l’habillement, de l’alimentation et de la consommation énergétique. En réponse à ce sentiment : 72 % seraient prêts à aller vers plus de sobriété à l’avenir et 65 % des Français jugent le concept de sobriété proche de leur vision des choses.
Le concept de sobriété étant, dans cette enquête, pris au sens d’une retenue, d’une autolimitation en termes de consommation et de comportement.

…qui pousse à consommer différemment !
Plutôt qu’une limitation stricto sensu, les Français souhaitent modifier leur comportement et plébiscitent la consommation de produits locaux (85 %), la limitation de leur consommation énergétique (81 %) et l’attention portée à la provenance et la composition des produits de consommation (81 %).
De plus, les Français semblent également enclins à éviter le rachat systématique du neuf.

Tous les Français se sentent concernés par la sobriété
Logiquement les plus enclins à suivre le mouvement de la sobriété sont les 25-34 ans, les CSP+ et les parents d’enfants.
En revanche, fait notable révélé pour la première fois par ce sondage, on observe que les Français se sentant limités ou restreints dans leur consommation élémentaire (habillement, alimentaire, énergétique) sont autant réceptifs au concept de sobriété que la moyenne des Français.
Le pouvoir d’achat contraint n’est donc pas un obstacle à l’engagement en faveur de la sobriété.

L’écologie, élément moteur d’une sobriété choisie
Autre révélation du sondage :
Les raisons écologiques font partie des principales motivations pour lesquelles une partie des Français limitent ou visent à diminuer leur consommation, notamment énergétique.
La lutte écologique est perçue comme l’un des principaux objectifs que devrait se fixer la société.

Mais la sobriété doit rimer avec liberté
Si une nouvelle façon de consommer est privilégiée par rapport à une limitation pure et simple, il est cependant essentiel pour les Français de conserver une liberté dans leur consommation, ainsi qu’une possibilité pour eux de se « faire plaisir ».
L’évolution des mentalités vers plus de sobriété en matière de consommation, révélée pour la première fois par ce sondage, ne doit pas entraver, toujours selon les données de cette enquête, la liberté de consommer, à laquelle sont attachés les Français.

Conclusion
Les enseignements de ce sondage révèlent une tendance de fond qui traverse l’ensemble de la population française et qui incite les Français à consommer moins mais mieux.
Pour l’instant les Français le concrétisent encore peu dans leurs actes, mais à l’avenir l’engagement est clairement affirmé.
De plus, si la sobriété subie reste une réalité, la sobriété choisie prend de plus en plus d’importance.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de ce sondage ci-dessous :

Cet article a 3 commentaires

  1. STECK

    Outre la présentation, la lecture du livre, m’a enchanté.

  2. THALVARD

    J’avais imaginé les personnes âgées de + 65 ans plus solidaire ou plus conscientisées. Or ce n’est pas le cas. J’apprends que ce sont les jeunes qui nous feront davantage évoluer.

Répondre à THALVARD Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pacte civique

Collectif citoyen engagé pour une société plus juste et fraternelle. Nous mettons notre créativité de citoyen, de travailleur, d’entrepreneur ou d’artiste au service d’une société humaine respectueuse de la dignité de chacun et de la nature. Nous faisons de la sobriété un enjeu de transformation personnelle, économique et écologique. Nous sommes trans-politiques, de toutes croyances ou non croyances; et nous faisons du débat éthique le moyen d’avancer ensemble à partir d’opinions diverses.